COALMA est invitée au « Rendez-vous de l’UNICEF 2.0 »

La première rencontre dédiée à la thématique des droits de l’enfant face à la pénurie d’eau sera tenue le 17 juin de 11h30 à 13h00, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse.

COALMA sera Représentée par son membre, Mme Mathilde Houdart, Responsable Développement Durable de Lydec et coordinatrice des activités de la Fondation Lydec.

La place des eaux non conventionnelles dans la stratégie de Développement Durable d’OCP

Face au stress hydrique grandissant et aux impacts des changements climatiques, notamment en zone aride et semi-aride, il est nécessaire de renforcer et dynamiser les opportunités offertes par l’utilisation des eaux non conventionnelles. La Stratégie Eau du Groupe OCP offre, ainsi, un exemple en la matière.

COALMA a le plaisir de vous inviter à la 9e édition du cycle de ses Conférences-Visites, organisée conjointement avec OCP sur le thème « La place des eaux non conventionnelles dans la stratégie de Développement Durable d’OCP », le jeudi 10 juin 2021 de 16h à 18h via la plateforme ZOOM avec une retransmission en direct sur YouTube.

Inscription : https://us02web.zoom.us/webinar/register/4016131370986/WN__Hj0kEi_S6C7NBlzdLAhlQ

Programme :

  • Mot d’ouverture par Houria Tazi Sadeq, Présidente de COALMA.
  • La stratégie de Développement Durable d’OCP par Hanane Mourchid, Directrice Sustainability & Green Industrial Development à OCP.
  • Le Programme Eau par Karim Saoud, Vice-President Water & Energy à OCP.
  • L’expérience Jorf Lasfar de dessalement d’eau de mer par Chaimaa Ben skoura, Team Coordinator Dessalement à OCP.
  • L’expertise de JESA dans le domaine des eaux non conventionnelles par Mohamed Amine Rabitateddine, Project manager à JESA.
  • Séance Questions/Réponses?
  • Mot de clôture par Houria Tazi Sadeq , Présidente de COALMA.
  • Modération par Zineb Benjelloun, en charge du External Engagement au sein de la Sustainability Platform à OCP

COALMA Sensibilise les élèves du LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL LOUIS MASSIGNON, à l’occasion de sa semaine de célébration de la Terre et le développement durable

Dans le cadre de son programme de sensibilisation des générations futures  à la problématique de l’eau, au développement durable et à la citoyenneté, la COALMA à travers sa Présidente Pr Houria TAZI SADEQ était invitée à la conférence tenue le jeudi 27 mai 2021, au LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL LOUIS MASSIGNON, à l’occasion de sa semaine de célébration de la Terre et le développement durable.

Après avoir présenté les grandes dates relatives à l’évolution du  développement durable, la Présidente a abordé les 17 ODD en mettant l’accent sur L’objectif 6 qui consiste à garantir l’accès à l’eau potable et à des services d’assainissement et d’hygiène.

La question de la citoyenneté a été abordée dans un second temps, pour rappeler les obligations ainsi que le droit de chacun de participer aux processus décisionnels  en matière de politiques publiques.

En vue d’illustrer son propos, Mme la Présidente a d’une part,  explicité la notion de responsabilité sociétale des entreprises, et d’autre part rappelé les avancées en matière de droit à l ‘eau et notamment au niveau international, la Résolution A/RES/64/292 intitulée « Le droit de l’homme à l’eau et à l’assainissement », (Assemblée générale des Nations Unies, 28 juillet 2010) qui reconnaît le « droit à un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable d’une eau salubre et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques de chacun »,

Au niveau national, l’article 31 de la Constitution Marocaine de 2011 précise également ce droit : « l’Etat, les établissements publics et les collectivités locales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens à disposition pour faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir des droits :

  • à l’accès à l’eau et à un environnement sain ;
  • au développement durable. »

Pr Houria TAZI SADEQ finira son intervention sur un ton d’espoir en la future génération à travers l’expression : « l’eau est une école pour la démocratie »

CONFERENCE-VISITE VIRTUELLE : l’Agence de Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia, face à la problématique des Inondations

COALMA organise la 8e édition de son cycle des Conférences-Visites Virtuelles en partenariat avec la l’Agence de Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia sur le thème de « l’Agence de Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia, face à la problématique des Inondations », le mardi 18 mai 2021 à partir de 16 heures.

Seront abordés :
– la Modernisation du réseau de mesure et plateforme de prévisions des crues ;
– le Plan de prévention des risques des inondations de la Région Casablanca – Settat.

Pour participer : https://us02web.zoom.us/webinar/register/4016131370986/WN_oexWVm-IQu2EMq4nUur97g

Journée mondiale de l’eau : valoriser l’eau

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, je salue et exprime ma fierté quant aux rôles des membres de notre Organisation et de tous  ceux qui ne ménagent aucun effort ‘hommes et femmes’  pour l’accès de tous à l’eau

Évidemment cette cause est retenue comme priorité par Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu le Glorifie  et nous saluons Sa clairvoyance et Son engagement.

Outre toutes les fonctions de l’eau en tant facteur de développement, de paix et de justice sociale, l’eau s’est affirmée,  pendant la pandémie du COVID, comme facteur d’hygiène et de barrière et nous rendons hommage aux services d’eau et d’assainissement qui n’ont ménagé aucun effort pour assurer l’accès à l’eau.

Elle requiert, cependant, de notre part à tous d’en comprendre la valeur et d’avoir un comportement responsable pour la consommer de manière parcimonieuse, de la protéger, de la valoriser et d’éviter qu’elle ne soit source de pollution pour l’environnement.

Houria Tazi Sadeq
Présidente

Témoignages de femmes actrices dans le secteur de l’eau au Maroc

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, COALMA a mis à l’honneur les femmes aux postes de responsabilités dans les métiers de l’eau et l’assainissement au Maroc, et cela à travers un webinaire intitulé « Témoignages de femmes actrices dans le secteur de l’Eau au Maroc », le lundi 08 mars 2021 à 16h.

Après une introduction présentée par Mme Houria TAZI SADEQ, Présidente de COALMA, ont témoigné de leurs rôles et fonctions :

  • Mme Charafat AFAILAL, Ex Secrétaire d’État Chargée de l’Eau, Ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau.
  • Mme Safae AMARTI, Directrice Générale, Régie Autonome Intercommunale De Distribution D’Eau Et D’Electricité D’Oujda.
  • Mme Karima BAKKALI, Ingénieur Etudes et Développement, IWRI/Université Mohammed VI Polytechnique.
  • Mme Karima BELGHALI, Responsable du Service Travaux et Entretiens Eau et Assainissement, Redal.
  • Mme Chaimaa BEN SKOURA, Coordinatrice d’Equipe de l’Unité de Dessalement, Jorf Lasfar OCP
  • Mme Seham DEMMOUN, Responsable Support à l’exploitation et Intérim du poste de responsable suivi et contrôle des performances du réseau eau potable, Amendis.
  • Mme Samira EL HOUAT, Directrice, Agence du Bassin Hydraulique du Sebou.
  • Mme Salma JARIRI, Ingénieur Responsable division nouvelles technologies de l’eau, Direction Technique et Ingénierie, Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable.
  • Mme Maria SNOUSSI, Présidente de l’IRD, Université Mohammed V Rabat.

l’évènement a été modéré par M. Mohamed CHAIBI, Président de la COVAD et membre de COALMA.

Programme

Quelle gouvernance de l’eau dans un contexte de rareté ?

Par Pr. Houria Tazi Sadeq
Avocat et présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau

dans LA REVUE DE L’INSTITUT VEOLIA – FACTS REPORTS N° 22 – Eau, déchets, énergie : Quel avenir pour les services essentiels en Afrique ? 2021
page 34-38

Au Maroc, l’eau a toujours été érigée en priorité. Le discours des pouvoirs publics et certaines actions concrètes démontrent qu’il existe une prise de conscience manifeste de la valeur de la ressource en eau, accompagnée d’une volonté politique d’organiser et de maîtriser sa gestion. Elle est, et une fois de plus, présentée en priorité et de surcroît en tant que facteur de stabilité dans le Discours adressé par Sa Majesté le Roi Mohamed VI à la
Nation à l’occasion du 19e anniversaire de l’accession du souverain au Trône (juillet 2018) : « Notre souci constant d’améliorer la situation sociale générale et de relever les défis économiques n’a d’égal que Notre engagement actif à préserver et à valoriser les ressources stratégiques de
notre pays. En la matière, au premier chef, l’eau joue un rôle clé dans la dynamique de développement et dans la préservation de la stabilité… »

Depuis son indépendance, le Maroc a mis en œuvre une politique de l’eau et des mesures législatives et institutionnelles pour mieux encadrer la gestion de la ressource et sa distribution aux populations, y compris les plus précaires. Le contexte actuel de rareté et de changement climatique amène à repenser les systèmes de gouvernance de cette ressource essentielle.

l’intégralité de l’article de Pr. Houria Tazi Sadeq

Demander la copie Intégrale de LA REVUE DE L’INSTITUT VEOLIA – FACTS REPORTS N° 22 en Français (6.96 Mo) ou en Anglais (7.04 Mo) en cliquant ici

Conférence-Visite Virtuelle de COALMA en partenariat avec la Société EnviroChemie Maghreb

Conférence Visite Virtuelle

La raréfaction de la ressource en eau est l’une des menaces majeures du monde d’aujourd’hui. Une grande partie de la planète manque drastiquement d’eau à cause notamment du changement climatique, de la surpopulation et de la mauvaise gestion ou utilisation de cette ressource, pourtant indispensable à la vie.

Au Maroc, la baisse des disponibilités de cette ressource par habitant continue à se faire sentir et elle risque de compromettre la sécurité hydrique et l’équité en la matière.

Plusieurs mesures ont été prises sous les hautes orientations de Sa Majesté pour sécuriser l’eau potable et améliorer l’irrigation, notamment la mise en place d’urgence du Programme National de l’Alimentation en Eau Potable et de l’Irrigation 2020-2027 avec une enveloppe financière de 115 Milliards Dh dédiée au programme, dont 61 milliards Dh pour la mobilisation des ressources en eau.

Ce PNAEPI surfe dans le sillage du Plan National de l’Eau (PNE) qui, quant à lui, prépare les orientations à mettre en place d’ici 2050 en matière de mobilisation des eaux conventionnelles et non conventionnelles pour répondre aux besoins des citoyens et du développement socioéconomique du Maroc.

Parmi les nombreux défis à relever aujourd’hui figure Les défis technologiques pour accompagner entre autre l’épuration des eaux usées ainsi que leur réutilisation notamment dans l’irrigation, le nettoyage voir l’alimentation.

La présente Conférence Visite Virtuelle, la 7ème  du cycle des conférences–visites lancé depuis 2018 par COALMA vise à débattre autour du thème de « La réutilisation des eaux usées traitées: arrosage, lavage et alimentation de la nappe phréatique ». Elle est organisée en partenariat avec la société Envirochemie Maghreb.

A propos …

5 barrages remplis à 100% au Maroc

A la date du 08 janvier 2021, les barrages au Maroc ont atteint 38.8% de taux de remplissage, soit une réserve de 6 053 millions m3, d’après les données rendues publiques par le Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau.

Il faut signaler que 5 de ces barrages ont atteint un niveau record, avec 100% de taux de remplissage à savoir : les barrages Chefchaouen et Nakhla dans la province de Tétouan, le barrage Imi El kheng dans la province de Taroudant, le barrage Bouhouda dans la province de Taounate et le barrage Sidi Said Mâachou dans la province de Settat.

COALMA

Il est temps d’agir ensemble face au Stress Hydrique…

La Coalition Marocaine pour l’eau « COALMA » a organisé le 20 octobre 2020, un webinaire sur le Stress Hydrique et l’urgence d’agir ensemble, dans le cadre de ses efforts pour s’assurer de l’adhésion de tous en faveur de l’eau et plus particulièrement dans la lutte contre le stress hydrique de plus en plus persistant au Maroc.

Les grands axes abordés lors de ce webinaire ont concernés les défis majeurs liés au Stress Hydrique au Maroc ; les perspectives de développement des ressources en eau ; les questions financières dont la fiscalité liée à l’eau et les recommandations d’action à mettre en œuvre à court et moyen terme.

À l’issue de ce webinaire, plusieurs recommandations ont été formulées par les panelistes constitués de représentants du Ministère de l’Equipement du Transport, de la Logistique et de l’Eau, du Ministère de l’Intérieur, de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable, du Conseil Economique, Social et Environnemental, de la Commission Economie Verte de la CGEM et de l’Association des Ingénieurs de l’Ecole Hassania des Travaux Publics.

il a été relevé le caractère essentiel de mettre autour d’une table, l’ensemble des représentants de tous les secteurs liés à l’eau afin de susciter la complémentarité des idées/actions pour adresser cette question paradigmatique et récurrente de l’eau dans la perspective de tendre vers une économie circulaire, depuis l’information à la revalorisation de la ressource.

Les efforts institutionnels déployés dans le cadre de la gouvernance de cette ressource sont louables mais une gouvernance totale mériterait un intérêt particulier. Celle-ci devra passer par la résolution de la question de la coordination au sein et entre les institutions/acteurs de l’eau, qui reste fondamentale à établir pour assurer une bonne synergie à différents niveaux.

C’est l’occasion également d’interpeler les industriels à entrer dans cette phase de transition et comprendre que les rejets des eaux ne constituent plus uniquement de la pollution, mais également une perte de ressource. Il n’est plus envisageable d’utiliser l’eau une seule fois et la rejeter dans le milieu naturel.

Dans l’immédiat, il est recommandé d’engager une grande sensibilisation à l’échelle nationale des citoyens par des professionnels de l’eau et de la communication ; appuyer toutes les actions de contrôle des infractions liées à l’eau ; accélérer le rythme d’adoption des décrets d’application de la loi sur l’eau ; engager l’utilisation des eaux pluviales ; entreprendre plus d’efforts dans le domaine agricole en bannissant entre autre des cultures consommatrices d’eau qui n’ont pas une grande valeur ajoutée au système économique.

A moyen terme, il est recommandé d’accélérer le rythme de la réutilisation des eaux usées ; promouvoir la maitrise de la consommation de l’eau auprès des industriels et dans l’irrigation ; déployer et vulgariser les solutions de dessalement autour de la double côte marocaine.

Une attention est portée enfin sur les autres ministères tels que le Tourisme, l’Artisanat et l’Education Nationale, qui sont invités à intégrer le paradigme eau dans leurs agendas et plans d’action.

Rediffusion du webinaire sous le thème « Le Maroc face au Stress Hydrique, l’urgence d’agir ensemble »